Espace Administrateur






Perdu votre mot de passe ?
25ème Convention annuelle de Trans.Cité à Milan Version imprimable

La 25ème Convention annuelle de Trans.Cité s’est déroulée à Milan du 7 au 10 octobre sur le thème: « 2014-2020 : quelle politique transport pour de nouvelles mobilités ? ». Elle a réuni 140 participants, avec parmi les élus, plus de la moitié renouvelée aux dernières élections. A l'heure de ces nouvelles mandatures, les politiques de transport doivent prendre en compte les demandes de mobilité des habitants, les mettre en œuvre sur des territoires élargis, dans un modèle économique devenu plus contraint: quelles approches nouvelles envisager face à cette nouvelle donne ?

Jean-Yves Chapuis, urbaniste, propose de penser autrement les politiques de transport, en accompagnement des politiques urbaines, pour porter une vision fédératrice de la ville, ouverte et connectée, à partir des comportements des habitants. "La ville n'est pas figée, elle évolue. L'enjeu est bien de comprendre les évolutions sociétales pour permettre à chacun d'y trouver sa place". La ville de Milan a réalisé un projet innovant avec la mise en place d'un péage urbain en centre-ville, qui a permis de réduire de 30% la circulation et d’augmenter la vitesse commerciale du réseau de surface de 5%. Les réseaux de transport de Sens, du Havre et de Grenoble ont témoigné de leurs expériences pour optimiser les politiques de transport, à travers le pilotage des outils réglementaires et des approches contractuelles innovantes, dans un cadre budgétaire maîtrisé. Des ateliers interactifs ont ouvert des perspectives opérationnelles pour répondre à ces nouveaux enjeux de mobilités: droit à l'expérimentation, actions pour responsabiliser l’usager et audace dans la conduite des projets.
Lors d'une table ronde, les élus de territoires périurbains et de métropoles se sont interrogés sur la mise en œuvre de ces évolutions. A Nantes, l'amélioration de la performance du réseau est obtenue par un maillage structurant offrant de nouvelles opportunités pour repenser un maillage plus fin et une intermodalité adaptés aux nouveaux comportements des usagers. A Besançon, le choix d'un tram optimisé a été porté par l'engagement des élus. Face aux incertitudes économiques, l'agglomération du Grand Avignon a choisi de se donner le temps de la réflexion pour retenir un projet cohérent et valorisant pour le territoire. En Seine et Marne (Val Bréon), la connexion des territoires périurbains avec les grandes infrastructures franciliennes demande une implication forte des élus.

Christian Paul-Loubière, président de Trans.Cité, a conclu en rappelant que « La mobilité est en pleine mutation: pour l'élu local, Il s'agit de faire de la contrainte une opportunité, en faisant preuve d'imagination et de volonté politique pour maîtriser la conduite d'un projet avec l'adhésion de la population ».

 
< Précédent   Suivant >