Trans.Cité réunit ses adhérents pour s’interroger sur l’évolution des gammes tarifaires

C’est pour interroger et partager les enjeux d’évolution et d’adaptation nécessaires des gammes tarifaires des solutions de mobilité pour la décennie 2021-2030, qu’une quarantaine de participants s’est réunie, le 11 mai dernier, durant toute une journée de travail en distanciel.

Comment mieux accompagner l’évolution des modes de vie et de consommation ? Comment mieux adresser la cible des occasionnels ? Comment stimuler la fidélisation devenue fragile dans une gestion temporelle chaotique ? … Et c’est à partir des résultats de l’étude sur les « nouvelles routines multimodales dans une France mi et post Covid » de BFluid réalisée pour Trans.Cité, ainsi qu’un état de l’art dressé par des experts Transdev, que des représentants de collectivités et de réseaux venus des quatre coins de la France ont planché.

Dans un monde en pleine transition, Pascal Bolo, président de TRANS.CITE, rappelle le constat général suivant : « Les pratiques individuelles reviennent en force, notamment le vélo et la marche à pied, davantage au détriment des transports collectifs que de la voiture personnelle. Il est important de réagir, car le transport collectif reste l'alternative n°1 à la voiture individuelle (la plus efficace, la plus crédible, la plus économique). Il est important que nos offres tarifaires prennent en compte les nouvelles habitudes qui ont émergé depuis le début de la crise sanitaire ».

Sonia Lavadinho, BFluid a livré une nouvelle matière issue de l’étude sur ces enjeux en adoptant plusieurs clés de lecture. Elle a mis en avant des comportements qui aspirent à plus de proximité, des agendas individuels déjà complexes (multiples combinaisons entre espace, temps et motifs), et qui vont prendre de nouvelles formes avec l’évolution de l’organisation du travail ou de l’enseignement. Sonia Lavadinho a également évoqué l’importance du virage des mobilités actives à ne pas rater ou encore comment aborder l’automobiliste via le stationnement…

Marie-Amélie Ferrand- Coccia, Vice-présidente en charge des transports et des mobilités de la communauté d’agglomération Arles Crau Camargue Montagnette, a témoigné sur les mesures testées en faveur du télétravail sur le réseau Envia. "Il nous a paru essentiel de s'adapter aux nouvelles habitudes liées au Covid … Il fallait créer quelque chose qui avait la souplesse du carnet de 10 en termes de quantité et qui était un peu contraignant avec une durée de validité (pour bénéficier de la contribution employeur), et surtout un prix intermédiaire qui correspondait à la réalité de l'usage."

Coline Macquet, chargée de mission prévisions et tarification et Nicolas Pauget, directeur data et revues management Transdev ont dressé un état de l’art des gammes tarifaires aujourd’hui et la façon dont les clients s’en emparent.

Les participants ont ensuite travaillé en équipe autour de 3 leviers :

·Les publics : comment mieux capter les occasionnels?

·Le report modal : comment mieux capter les automobilistes ?

·Les packages servicielles : comment mieux capter par des services dédiés ?

Chaque équipe devait répondre à ces questions et se prononcer sur des scénarios imaginés pour les seniors, les familles, les actifs automobilistes et les endotouristes.

Beaucoup d’idées ont émergé. « On arrive finalement à se projeter très loin dans l’intégration et l’appréhension de plusieurs modes et services ; c’est plutôt prometteur ». L’intérêt de la journée a d’autant plus été souligné : « on est venu pour travailler sur les gammes tarifaires et finalement on n’a pas parlé tarifs ! »

Un rapport complet est en cours de préparation et sera livré début juillet.

Prochain rendez-vous de TRANS.CITE : les 8 et 9 juillet 2021 à Lens sur le thème des enjeux de gouvernance territoriale.

Contact

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation.